Communiqués 2011

07.09.11 -  Départ de la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey: une ministre des affaires étrangères chevronnée et proche de la population prend sa retraite

Suite au départ annoncé, ce mercredi, de Micheline Calmy-Rey, la Suisse perd une conseillère fédérale expérimentée, cheville ouvrière d’une politique étrangère qu’elle n’a jamais considéré autrement qu’active. Grâce à elle, notre pays est reconnu, sur le plan international, comme un État aussi engagé que solidaire. Durant le mandat de Micheline Calmy-Rey, la Suisse a approfondi ses relations avec l’Union européenne par le biais de divers accords bilatéraux et s’est fortement impliqué au sein de l’Organisation des Nations Unies. En initiant la création du Conseil des droits humains, de la Conférence humanitaire lors de l’éclatement de la guerre en Irak ou en parrainant l’Initiative de Genève pour le règlement du conflit au Proche-Orient, Micheline Calmy-Rey a représenté la politique extérieure helvétique sous son meilleur jour.  Elle s’est également engagée avec succès en faveur de l’augmentation de l’aide suisse au développement. Durant ses deux années présidentielles, Micheline Calmy-Rey a démontré d’évidentes qualités de leadership tout en faisant preuve d’une utile circonspection. Le Groupe socialiste de l’Assemblée fédérale et la présidence du PS Suisse lui adressent leurs plus vifs remerciements pour son engagement et formulent leurs meilleurs vœux pour son avenir.

06.09.11 -  La Commission des finances ignore les conséquences dramatiques de la crise monétaire

La majorité de la Commission des finances du Conseil national n’a visiblement pas pris la mesure du danger que pose l’extrême surévaluation du franc suisse. Sur la base d’arguments d’ordre strictement juridique, elle a décidé – de justesse – de rejeter le paquet de mesures déjà ficelé par le Conseil fédéral, prenant ainsi le risque d’aggraver encore une situation particulièrement délicate. Alors que la Banque nationale s’est enfin résolue, ce mardi, à franchir une étape majeure dans la lutte contre le franc fort, voilà que les partis de droite - à commencer par le PDC -  fragilisent inutilement le maintien de dizaines de milliers de places de travail. Le PS le déplore profondément et table désormais  sur une coalition raisonnable au sein de son homologue du Conseil des Etats comme sur le bon sens du plénum des deux Chambres fédérales.

06.09.11 -  L’initiative Cleantech est déposée - une étude indépendante confirme l’énorme potentiel économique de la transition énergétique

Le PS Suisse a déposé, ce mardi,  son initiative „De nouveaux emplois grâce aux énergies renouvelables -  (initiative Cleantech) » auprès de la Chancellerie fédérale. Depuis son lancement en mars 2010,  quelque 125'000 signatures – dont 106'000 officiellement validées - ont été récoltées en sa faveur. Le texte exige une conversion aussi rapide que cohérente aux énergies renouvelables afin que la Suisse sorte progressivement du nucléaire et se libère de sa dépendance à l’égard du pétrole. D’ici 2030, au moins 50% de son approvisionnement énergétiques devrait ainsi être d’origine renouvelable avant qu’à plus long terme, il repose exclusivement sur ces sources d’énergie. Pour la présidente du Groupe socialiste des Chambres fédérales Ursula Wyss, « au vu de l’écho plus que favorable rencontré par ce texte et du succès de la récolte de signatures – et pas seulement depuis le dramatique incident de Fukushima – cette proposition socialiste intervient incontestablement à point nommé ». Il en va de même, d’ailleurs, du timing de son dépôt : quelques jours à peine avant que le Conseil des Etats ne débatte de la sortie du nucléaire, le PS est ainsi en mesure de fournir un concept cohérent, validé par la population,  qui combine la transition vers les énergies renouvelables avec des mesures d’amélioration de l’efficacité énergétique tout en se révélant un puissant vecteur de création d’emplois pour la place économique suisse.

03.09.11 -  La santé : pour tous, sans privilèges !

A six semaines des élections fédérales, les socialistes ont convergé vers Morges ce samedi pour participer aux États généraux de la santé mis sur pied par la Coordination des PS romands. Véritable coup d’envoi de la campagne socialiste en terre francophone, cette manifestation d’envergure a accueilli la plupart des 63 candidat-e-s de Suisse romande au Parlement, histoire de faire le point sur les enjeux dans chaque canton. En présence de la présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey et du président du PS Suisse Christian Levrat,  les quelque 150 personnes présentes ont également approuvé un manifeste pour une santé accessible à tou-te-s.

03.09.11 -  Le Groupe socialiste traite du rapport sur l’armée et prépare le débat sur la sortie du nucléaire

Au 2ème jour de sa séance de préparation de la session d’automne des Chambres fédérales, le Groupe socialiste a notamment débattu du rapport sur l’armée. Pour en conclure que la défense nationale ne saurait passer à un effectif de 100‘000 militaires, ni son budget croître à 5 milliards de francs par année comme le souhaite la majorité de la Commission de politique de sécurité du Conseil national. Il considère des modifications d’une telle ampleur totalement irréalistes, tant sur le plan financier que sous l’angle de la politique de sécurité. Sans compter que leur mise en œuvre aurait pour conséquence inéluctable des coupes sombres dans d’autres domaines d’intervention de l’État. Le Groupe socialiste rejette par ailleurs avec tout autant détermination l’intégration de l’acquisition de nouveaux avions de combat au budget ordinaire de l’armée, ce qui priverait le population de la possibilité de se prononcer en votation. En plénum, il s’engagera pour fixer une limite supérieure des dépenses militaires à 3,5 milliards de francs par année de même que pour un plafonnement des effectifs à 60’000 soldat-e-s.

02.09.11 -  Franc fort: le Groupe socialiste débat des mesures destinées à renforcer la place économique suisse

Lors de sa séance de préparation de la session d’automne des Chambres fédérales, le Groupe socialiste a mené une discussion approfondie sur le train de mesures proposé par le Conseil fédéral pour contrer la hausse du franc et soutenir l’économie nationale. Pour les parlementaires socialistes, il ne fait aucun doute que la forte appréciation de la monnaie nationale constitue un danger majeur pour l’industrie d’exportation et le tourisme. Ni, d’ailleurs, que l’action de la Banque nationale s’est - jusqu’ici - révélée insuffisante, au point de présenter le risque de déboucher sur une véritable crise. Pour le PS, le cours de change doit ainsi absolument se rétablir progressivement aux alentours de 1,40 franc pour un euro, un niveau considéré comme normal et susceptible de garantir la parité du pouvoir d’achat. Et, si la BNS a effectivement mis en œuvre les premiers correctifs nécessaires, elle doit impérativement poursuivre son action en utilisant tous les instruments à sa disposition pour mettre un terme à cette dangereuse évolution. Parallèlement, le train de mesures du Conseil fédéral doit comprendre des mesures ciblées, à court terme et soumises à conditions, permettant d’éviter la suppression de places de travail.

31.08.11 -  Franc fort: le PS Suisse exige des mesures plus efficaces pour la place économique suisse

Ce mercredi, le Conseil fédéral a enfin pris en compte l’urgence qu’il y avait à intervenir, eu égard au maintien du franc à un niveau sans précédent. Le PS salue ainsi notamment la prolongation de la durée d'indemnisation en cas de réduction de l'horaire de travail qui correspond à une de ses revendications. Reste que le Conseil fédéral demeure en deçà des mesures véritablement nécessaires au vu de la situation de l’industrie helvétique d’exportation. Le PS exige un pas supplémentaire en faveur de la place économique afin d’éviter qu’à moyen terme, des emplois ne soient à nouveau mis en danger.

30.08.11 -  Vers une sortie du nucléaire, avec bémol

Grâce à la Commission de l’environnement du Conseil des Etats, une nouvelle étape sur la voie de la sortie du nucléaire a été franchie puisqu’elle s’est conformée aujourd’hui aux décisions préalables du Conseil fédéral et du Conseil national. C’est un succès incontestable pour le PS et les Verts qui n’ont cessé – depuis des dizaines d’années – de mettre en garde contre les dangers de l’atome. Il faut également relever le chemin parcouru par les partis de droite qui n’excluent plus, désormais, la transition complète vers les sources d’énergie renouvelables, un changement de paradigme encore complètement utopique voici un semestre à peine. Reste encore à définitivement refermer la petite porte que la Commission a volontairement laissé entrouverte, à savoir la possibilité d’exploiter, à l’avenir, des réacteurs de nouvelle génération. Le PS Suisse espère qu’en plénum, le Conseil des Etats reviendra sur cette disposition en décidant de l’abandon définitif de toute forme d’énergie nucléaire.

27.08.11 -  Le PS Suisse la « journée nationale du pouvoir d‘achat »

A la fin du mois, de plus en plus de gens ont de moins en moins d’argent dans leur portemonnaie. Ces dernières années, la pression sur la classe moyenne et les revenus modestes n’a cessé de croître. En cause : les hausses très modérées, voire les baisses du revenu disponible de la grande majorité des ménages couplées avec les augmentations vertigineuses des loyers et des primes d’assurance-maladie. Une évolution combattue par le PS qui a décidé de faire de ce samedi une journée nationale d’action placée sous le signe du pouvoir d’achat et le slogan « Plus d’argent dans les portemonnaies – Pour tous, sans privilèges ». Quelque 50 stands dans toute la Suisse distribueront ainsi plus de 12‘000 pièces de monnaie en chocolats tout en récoltant des signatures en faveur des initiatives pour l’introduction de salaires minimums et celle d’une caisse-maladie publique. Le PS militera ainsi en faveur du pouvoir d’achat – entre autres – à Baden, Bâle, Brugg, Coire, Deitingen, Dietlikon, Einsiedeln, Frauenfeld, Genève, Gränichen, Greifensee, Horgen, Küsnacht, Lausanne, Lucerne, Ostermundigen, Pfäffikon, Reinach, Romont, Sarnen, Soleure, Stäfa, St-Gall, Sursee, Thoune, Treyvaux, Wil, Zofingue et Zürich.

26.08.11 -  La Commission du National a peur du peuple

La majorité de droite de la Commission de politique de sécurité du Conseil national (CPS-N) s’est proprement surpassée ce vendredi. Elle juge ainsi non seulement que l’armée doit comprendre 100'000 militaires, mais aussi que son budget annuel doit augmenter de un milliard pour passer à 5 milliards de francs par année, une somme censée par ailleurs comprendre l’achat de nouveaux avions de combats. Une astuce destinée à éviter que le peuple ne puisse se prononcer sur ce dispositif. C’est pour le moins anti-démocratique et révélateur des craintes qu’entretiennent l’UDC, le PLR et le PDC à l’égard du résultat potentiel d’une consultation populaire sur de nouveaux avions de combat. Le PS appelle à plus de clarté et de transparence. Il ne soutiendra jamais une armée disproportionnée et trop chère dans le seul but de satisfaire les lubies de quelques pseudo-généraux en mal de nouveaux joujoux.

Souhaitez-vous continuer avec la version optimisée pour votre téléphone portable?