Page d'accueil / Médias / Communiqués / 2009 / Succès pour le PS: la Commission de la santé rejette la taxe de consultation

Succès pour le PS: la Commission de la santé rejette la taxe de consultation

La taxe de consultation que Pascal Couchepin souhaite introduire pour lutter contre l’explosion des primes maladie n’a pas passé la rampe devant la Commission de la Santé et de la Sécurité sociale du Conseil national (CSSS-N). Les parlementaires socialistes sont ainsi parvenus à rallier une majorité de leurs collègues pour faire capoter un dispositif inefficace et discriminatoire. Le PS se réjouit de qu’il considère comme une importante victoire d’étape, qui répond en outre aux vives préoccupations des quelque 13'000 personnes qui ont signé la pétition du PS « NON à une taxe de consultation punitive ». Le conseiller fédéral en charge de la santé doit enfin se résoudre à constater que son projet de taxe de consultation est voué à l’échec. En revanche, le PS accueille positivement le projet de franchise différenciée. Son introduction permettra de réaliser des économies dans la mesure où – pour des affections bénignes - il favorisera la consultation du médecin de famille plutôt que le recours précipité aux urgences hospitalières.

La taxe de consultation que Pascal Couchepin souhaite introduire pour lutter contre l’explosion des primes maladie n’a pas passé la rampe devant la Commission de la Santé et de la Sécurité sociale du Conseil national (CSSS-N). Les parlementaires socialistes sont ainsi parvenus à rallier une majorité de leurs collègues pour faire capoter un dispositif inefficace et discriminatoire. Le PS se réjouit de qu’il considère comme une importante victoire d’étape, qui répond en outre aux vives préoccupations des quelque 13'000 personnes qui ont signé la pétition du PS « NON à une taxe de consultation punitive ». Le conseiller fédéral en charge de la santé doit enfin se résoudre à constater que son projet de taxe de consultation est voué à l’échec. En revanche, le PS accueille positivement le projet de franchise différenciée. Son introduction permettra de réaliser des économies dans la mesure où – pour des affections bénignes - il favorisera la consultation du médecin de famille plutôt que le recours précipité aux urgences hospitalières.« Tant l’échec de la taxe de consultation que le renforcement de la médecine de proximité sont incontestablement à mettre au crédit du PS ». Il faut également se réjouir des mesures qui auront un effet considérable sur le prix des médicaments », se félicite la conseillère nationale zurichoise et vice-président du PS Suisse Jacqueline Fehr « Par contre, le rejet obstiné des partis de droite de toute augmentation du subventionnement des primes maladie est irresponsable. Refuser d’agir sur le pouvoir d’achat en pleine récession, revient à faire bien peu de cas des difficultés d’une majorité de la population. Cet automne, les personnes assurées devront à nouveau bien peser les avantages potentiels d’un changement de caisse maladie, histoire de ne pas manquer de profiter des absurdités des systèmes. Pour sa part, le PS réfléchit à la mise sur pied – début octobre, dans plusieurs cantons - de permanences où ces personnes trouveront aide et conseil sur la marche à suivre afin de leur faciliter la tâche. Enfin, le PS s’élève avec détermination contre les tentatives des partis de droite de lever la liberté de contracter. Une telle mesure menace de faire échouer tout le dispositif.

Souhaitez-vous continuer avec la version optimisée pour votre téléphone portable?