Page d'accueil / Médias / Communiqués / 2007 / Une politique d’intégration à la petite semaine ne suffit pas

Une politique d’intégration à la petite semaine ne suffit pas

« Trois mesures nouvelles pour 2,6 millions: la politique blochérienne ne permettra pas de rattraper le retard pris par la Suisse en matière d’intégration et ne fera pas beaucoup avancer l’égalité des chances. Dans son papier de fin 2006, le PS avait réclamé une vraie offensive en la matière. Il continuera de s’engager dans ce sens », déclare Ursula Wyss, présidente du Groupe socialiste des Chambres fédérales. Un préposé fédéral à l’intégration aurait été indispensable pour coordonner le travail avec les cantons. Le Conseil fédéral a cependant refusé cette mesure. Le PS réclame un plan d’action dans le domaine de l’intégration, doté des moyens nécessaires (voir la motion du Groupe socialiste 06.3765)

« Trois mesures nouvelles pour 2,6 millions: la politique blochérienne ne permettra pas de rattraper le retard pris par la Suisse en matière d’intégration et ne fera pas beaucoup avancer l’égalité des chances. Dans son papier de fin 2006, le PS avait réclamé une vraie offensive en la matière. Il continuera de s’engager dans ce sens », déclare Ursula Wyss, présidente du Groupe socialiste des Chambres fédérales. Un préposé fédéral à l’intégration aurait été indispensable pour coordonner le travail avec les cantons. Le Conseil fédéral a cependant refusé cette mesure. Le PS réclame un plan d’action dans le domaine de l’intégration, doté des moyens nécessaires (voir la motion du Groupe socialiste 06.3765)L’objectif de l’intégration, c’est l’égalité des chances. Un déficit d’intégration existe notamment chez les jeunes venus en Suisse dans les années 90 dans le cadre du regroupement familial. Rien n’a été fait ou presque pour leur intégration. Leurs chances sont donc moindres dans beaucoup de domaines. Pour rattraper ce retard, il faudrait lancer une véritable offensive d’intégration, avec au centre des mesures d’intégration de la première heure (voir la motion socialiste 06.3764). Mais seules trois mesures parmi celles présentées aujourd’hui sont nouvelles. D’un autre côté, le DFJP ignore les discriminations dont sont victimes les jeunes étrangères et étrangers en recherche d’un apprentissage. Selon lui, les étrangers sont seuls responsables de leur intégration. Une tâche pas facile quand on pense que l’UDC attise autant qu’elle peut les tendances xénophobes au sein de la population.

Souhaitez-vous continuer avec la version optimisée pour votre téléphone portable?