Page d'accueil / Médias / Communiqués / 2005 / Pour les énergies renouvelables, un meilleur rendement énergétique et l'abandon du nucléaire

Pour les énergies renouvelables, un meilleur rendement énergétique et l'abandon du nucléaire

«Une sortie du nucléaire sûre et efficace est tout fait possible», pour le conseiller national Ruedi Rechsteiner à l’heure de résumer les conclusion de la journée d’étude du PS consacrée à l’énergie ce samedi à Bâle. Une journée qui aura notamment permis de démontrer comment la Suisse peut, d’ici 2024, totalement se passer de l’énergie nucléaire. A l’issue du séminaire, les participant-e-s ont approuvé une résolution qui exige que soit mis un terme à l’expérience aussi coûteuse que dangereuse de l’atome et son remplacement par le développement soutenu des énergies renouvelables.

«Une sortie du nucléaire sûre et efficace est tout fait possible», pour le conseiller national Ruedi Rechsteiner à l’heure de résumer les conclusion de la journée d’étude du PS consacrée à l’énergie ce samedi à Bâle. Une journée qui aura notamment permis de démontrer comment la Suisse peut, d’ici 2024, totalement se passer de l’énergie nucléaire. A l’issue du séminaire, les participant-e-s ont approuvé une résolution qui exige que soit mis un terme à l’expérience aussi coûteuse que dangereuse de l’atome et son remplacement par le développement soutenu des énergies renouvelables.La journée d’étude du PS sur la politique de l’énergie a débute par l’exposé du président du parti Hans-Jürg Fehr. Elle s’est poursuivie par les interventions de six spécialistes du dossier qui ont évoqué différents scénarios d’abandon de l’atome de même que le potentiel des énergies renouvelables avant la tenue de six ateliers consacrés à l’énergie éolienne, l’énergie hydraulique, la biomasse, l’énergie géothermique, l’énergie solaire et le rendement énergétique.Pour sa part, le conseiller national socialiste Rudolf Rechsteiner s’est exprimé sur les points principaux de son papier de position qui, en se basant sur l’évolution de la production et de la consommation énergétique suisse de 2005 à 2030, affirme qu’il est tout à fait possible de fermer la dernière centrale nucléaire en 2024 pour peu qu’un effort conséquent soit consenti durant la même période pour le développement des énergies renouvelables.A l’issue du séminaire, les participant-e-s ont approuvé un plan de mesures sous la forme d’une résolution qui exige des conditions cadre permettant de sortir du nucléaire et de passer aux énergies renouvelables. Elle comprend notamment les points suivants : - Le passage intégral aux énergies renouvelables et l’abandon total de l’expérience nucléaire.
- Le renoncement à toute nouvelle centrale nucléaire, l’introduction d’une responsabilité civile pour toutes les installations énergétique les installations nucléaires, le refus de toute prolongation d’autorisation d’exploiter et la mise hors service progressive de tous les anciens réacteurs fonctionnant en Suisse.
- La compensation intégrale des coûts et la sécurité juridique pour tous les investissements en matière de production d’énergies renouvelables et d’accroissement des rendements.
- Une augmentation d’au moins 0,7% à 1% par année de la part des énergies renouvelables dans la consommation d’électricité.
- Le lancement des programmes permettant d’économiser jusqu’à 30% de la consommation d’énergie (assainissement, appareils de classe A).
- La décision quant au lieu de stockage définitif des déchets hautement radioactifs ne doit être prise que lorsque la construction de nouvelles centrales nucléaires aura été exclue en Suisse et lorsqu’un délai aura été fixé aux centrales en activité pour arrêter la production de déchets.

Souhaitez-vous continuer avec la version optimisée pour votre téléphone portable?