2005

07.12.05 -  Avant tout: éviter que le peuple donne son avis !

L’affaire Swisscom est exemplaire de la politique menée par la nouvelle majorité du Conseil fédéral: l’idéologie passe avant les solutions susceptible de rallier des majorités. Voilà deux ans que la composition du gouvernement a changé, voilà deux ans qu’il s’acharne à mettre en oeuvre une politique qui ne se définit pas par la recherche du compromis ou de solutions pragmatiques, mais bien par la dérégulation, la privatisation et le démantèlement de l’Etat. Mot d’ordre : avant tout éviter que le peuple donne son avis. Il ne faut dès lors pas s’étonner du bilan de mi-législature du Conseil fédéral : jamais un gouvernement n’a perdu autant de votations. Et jamais un gouvernement n’aussi peu fait confiance à la volonté populaire.

08.11.05 -  La coalition des rétrogrades

Selon la presse dominicale alémanique, une coalition de politiciens issus des rangs de l’UDC, du PRD et du PDC entend - dans le cadre de la préparation du budget 2006 de la Confédération – lancer un nouveau programme d’économies dépassant largement les normes fixées par le frein à l’endettement. Toujours d’après les mêmes médias, les instructions proviennent en droite ligne du secrétariat central de l’UDC (sic). Objectif : épargner à tout prix, sans prendre en compte les conséquences financières, sans se soucier du futur.

25.10.05 -  Nous voulons avancer des faits et non jouer sur les peurs

Deux sujets importants figurent au menu des votations fédérales du 27 novembre : la modification de la loi sur le travail, contre laquelle a été lancé un référendum soutenu par le PS Suisse, ainsi que l’initiative sans OGM, soutenue également par notre parti.

11.10.05 -  Le PS doit se renforcer

Les réformes susceptibles de rallier des majorités populaires ne sont possibles qu’avec la participation active du PS. Malheureusement, durant la présente législature, le PDC et les radicaux ne cessent de se rapprocher de l’UDC. Il faut que cela change. Le plus tôt sera le mieux, mais au plus tard d’ici les élections fédérales de 2007.

26.09.05 -  Des responsabilités de la victoire

Trois bonnes surprises – et de taille – sont ressorties des urnes le 25 septembre. La première, c’est évidemment le verdict : un oui clair et net à l’ouverture. Tout aussi inattendue est la cohésion du résultat au niveau national : la Suisse paraît ressoudée, la barrière des röstis n’a pas joué, la Suisse orientale a dit oui. Enfin, le pays montre au lendemain de cette votation un visage plus européen que jamais. La Suisse, qui a été le seul pays à voter directement sur l’extension de l’UE,peut engranger d’un seul coup un énorme gain en respect et en sympathie auprès de ses voisins européens.

26.09.05 -  Exportation d’armes: cours de rattrapage pour le Conseil fédéral

Voilà bientôt 10 ans que l’initiative populaire „pour l’interdiction d’exporter du matériel de guerre“ a été rejetée par une majorité de la population. Cependant, sous sa pression, les forces qui la soutenaient (dont le PS) ont arraché de haute lutte une loi sur l’exportation du matériel de guerre, une loi sur le contrôle des marchandises et une pratique en matière d’autorisations cohérente en comparaison internationale.

13.09.05 -  Un OUI dans l’intérêt des travailleurs

A l’approche de chaque votation importante, les ultimes sondages alimentent toujours la nervosité des partisans comme des opposants.

30.08.05 -  C’est rien de l’entendre, c’est d’y croire ! …

Voici deux semaines, le président du PRD Fulvio Pelli a annoncé un grand changement d’orientation de son parti : loin de l’UDC, proche des préoccupations des villes et des agglomérations. Tant mieux ! D’autant plus que c’est une voie qui mène vers le succès.

02.08.05 -  Des patriotes de pacotille…

… Ils sont aisément reconnaissables, car ils recourent volontiers aux recettes éculées et aux figurants usuels qui ont fait leur preuves : les lanceurs de drapeaux sur fond de jodle, l’hymne national et le cor des alpes, Guillaume Tell et le serment du Rütli. Ils donnent ainsi l’impression d’être les vrais patriotes. On aurait tort cependant de se laisser abuser.

04.07.05 -  Des discours du dimanche aux actes du mercredi

Le dimanche, le conseiller fédéral Blocher ne se prive pas de prêcher – et pas seulement à Rafz – les vertus de la neutralité et des frontières. Le mercredi en revanche, lors des séances du gouvernement, il oublie ses belles paroles pour prendre des décisions qui les contredisent.

Souhaitez-vous continuer avec la version optimisée pour votre téléphone portable?